Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 16:57

5388074-8037905.jpg

 

De plus en plus de femmes ont déjà testé la fessée érotique ou l’amour avec menottes. Mais réaliser ses fantasmes de domination rime-t-il avec plaisir?

Le SM «soft» a la cote. Et pas que chez les libraires. C’est ce qui ressort d’un sondage de l’institut Ifop rendu public, début janvier, à l’occasion de la sortie deCinquante nuances plus sombres – tome 2 de la trilogie d’E L. James – en version française. Les chiffres sont éloquents: 35% des femmes disent avoir déjà fait l’amour en étant dominées, 16% en ayant les yeux bandés et 15% en étant ligotées ou menottées. Mieux: 24% des sondées admettent avoir été fessées par leur partenaire. Soit trois fois plus qu’en 1985. Quant à celles qui n’ont jamais franchi ce cap mais se laisseraient bien tenter, elles sont encore plus nombreuses: entre 39 et 65%. Rien de moins.

«Le fantasme de domination est le fantasme sexuel le plus fréquent chez la femme, explique notre sexologue Juliette Buffat. Car lorsqu’on se fait imposer une pratique par l’homme, cela déculpabilise complètement du plaisir que l’on peut ressentir. Qui plus est, la femme ayant aujourd’hui plus de pouvoir dans la société, elle a peut-être besoin d’inverser la situation côté sexe. On voit bien que les hommes avec des postes à responsabilités sont de plus en plus nombreux à fréquenter des dominas.»

 

Tapettes à fesses: l’explosion 

Véritable révolution des mœurs ou influence du «mommy porn», force est de constater que les pratiques érotiques sont en pleine mutation. En France, les ventes de «tapettes à fesses» explosent: Fun Factory, leader du marché des sex-toys en Europe, y a enregistré une augmentation de 300% en un mois, rapportait récemment le site myboox.fr. Menottes, bandeaux pour les yeux et fouets suscitent aussi un réel engouement. Mais si les femmes se laissent tenter par le SM «soft», cette initiative vient-elle d’elles? Pas si sûr, selon le Dr Buffat. «Comme pour la sodomie ou la fellation, j’ai le sentiment qu’elles testent par curiosité ou parce qu’elles n’osent pas dire non à leur partenaire. En matière de sexe, le discours ambiant encourage à faire des nouvelles expériences.»

Ainsi, Marina, 40 ans, qui s’est laissé nouer les mains et bander les yeux à 21 ans par jeu, n’en garde pas le souvenir d’une expérience jouissive. «Un soir, le garçon dont j’étais amoureuse m’a dit qu’il aimerait m’attacher au lit. J’ai répondu: chiche! Il m’a couvert les yeux, mis des écouteurs dans lesquels il me passait une musique différente de celle que diffusait sa chaîne hi-fi, attaché au lit, les mains au-dessus de la tête. Sexuellement, je n’ai pas trouvé cela excitant d’être totalement passive. Mais quand j’y repense, je ne peux m’empêcher d’avoir un sourire en coin. J’ai osé!»

«Je serais curieuse de savoir combien, parmi les femmes qui ont déjà reçu une fessée, y ont pris goût, conclut Juliette Buffat. Il y a une différence entre une tape sur le derrière et une vraie fessée, où là on franchit la barrière de l’humiliation et de la punition. Est-ce vraiment cela qu’elles ont expérimenté? J’en doute. Car les femmes, en général, n’aiment pas quand le sexe fait mal.» Une hypothèse que semble confirmer le sondage Ifop sur la sexualité des Françaises: les adeptes du sadomaso «hard» et du bondage sont passées de 3% en 1985 à 5% aujourd’hui. Marginales hier, ces pratiques le sont donc encore.

 source : http://www.villagehebdo.com

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lutinages - dans articles de presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : lutinages et sensualités
  •  lutinages et sensualités
  • : le lutinage ou polyamour est un choix de vie qui légitime une relation sentimentale honnête, franche et assumée avec plusieurs partenaires. Chaque amour est unique, sans hiérarchie ni rivalité entre eux. Envie d'en discuter? n'hésitez pas à laisser vos commentaires ou à m'écrire.
  • Contact

Translate my blog

Recherche

About_Love_by_Emmasj.gif

Catégories