Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 18:57
Published by lutinages
commenter cet article
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 07:28

Refusant le schéma classique de la vie à deux, les polyamoureux peuvent aimer plusieurs personnes à la fois. Comment font-ils pour faire fi de leur jalousie ? Pour garder confiance en l'autre ? Magali Croset-Calisto, sexologue clinicienne et écrivaine, fait le point sur ce choix qui défie la norme et chavire parfois l’entendement.

Édité par Louise Pothier Auteur parrainé par Rozenn Le Carboulec

Le polyamour ne convient pas à tout le monde mais il est signe d'une grande ouverture d'esprit. (Flicker / CC / Fabrice Terrasson)

Étymologiquement, le mot "polyamour" provient du grec et du latin signifiant "amours multiples". Il fut tout d’abord utilisé dans les pays anglo-saxons sous l’appellation polyamory.

Le polyamour est une manière différente de vivre et de penser les relations sentimentales puisqu’il implique toujours plus de deux personnes. Ce choix de vie part de la constatation qu’une seule personne ne peut et ne doit être contrainte à combler tous les désirs et besoins d’une autre personne.

Ouverture, respect et écoute de l’autre sont les maîtres mots. Le polyamour est intimement lié aussi aux notions d’honnêteté et de sincérité dans la mesure où il se construit sur la connaissance et l’acceptation de la situation pour chaque personne impliquée dans la relation. Le mensonge ne fait pas partie des usages polyamoureux.

Loin de la polygamie, du libertinage ou de l'aventure d'un soir

Dans cet art d’aimer en marge des pratiques communes, il n’y a pas de règle figée. À chaque polyamoureux sa vision de l’amour et du partage.

L’essentiel étant que chacun des partenaires soit en accord avec le contrat de départ à savoir : une souplesse vis-à-vis de l’exclusivité sexuelle et/ou affective afin de vivre au mieux (et dans le respect de l’autre) ses désirs et son épanouissement personnel.

Dans ma pratique clinique en sexologie et suite aux témoignages reçus dans le cadre d’un livre en cours, j’ai rencontré de nombreux couples qui fonctionnaient en tant que relation "primaire" possédant chacun de part et d’autres des relations "secondaires" connues du conjoint mais aussi des partenaires concernés. Ces personnes assument leur statut de polyamoureux et la transparence à ce propos semble faciliter les rapports humains.

J’ai pu rencontrer aussi des personnes qui ont fait volontairement le choix du célibat pour pouvoir vivre pleinement plusieurs amours à la fois dans une disponibilité et une volonté de partage maximal. Il arrive que les différents partenaires d’une personne se rencontrent, s’apprécient et décident ensuite de vivre ensemble autour de leur amour commun.

Il faut comprendre que le polyamour ne relève ni de la polygamie (laquelle s’avère inégalitaire car la réciprocité et le consentement ne sont pas engagés), ni du libertinage, ni de l’aventure d’un soir. C’est un chemin de vie mûrement réfléchi entre des partenaires aux liens affectifs et/ou intellectuels très forts. Le polyamour est une construction de vie à plusieurs, libre et assumée. Il se nourrit de réflexion, de confiance et de rapports égalitaires entre les partenaires.

Les règles de cet art d’aimer

La présence d’un contrat de départ entre les personnes fait partie du polyamour. En pratique, le polyamour repose donc sur quelques principes prérequis :

- Comprendre qu’il est possible d’aimer plus d’une personne à la fois (tout comme il est possible d’aimer plusieurs amis et enfants en même temps) ;

- Accepter les concepts d’une relation ouverte et assumée fondée sur des principes de confiance et de communication. Le partage des ressentis est essentiel ;

- Savoir que le polyamour est souvent incompris voire dénoncé par la société ;

- Établir ses propres buts et valeurs personnelles sur lesquels fonder le pacte interrelationnel (à chaque polyamoureux un mode de fonctionnement différent, notamment en matière de sexualité) ;

- Être honnête et explicite vis-à-vis de l’ensemble des partenaires, les respecter dans leurs désirs et modes de fonctionnement ;

- Apprendre à tempérer sa jalousie ;

- Apprendre à gérer son temps. Certains partenaires ne se voient que tous les deux ou trois mois, d’autres tous les deux ou trois jours, d’autres vivent sous le même toit.

Contrairement à la vie de couple traditionnelle, les règles entre polyamoureux sont explicitées au début de la relation et chacun doit pouvoir y trouver sa place et son épanouissement personnel. Qu’il se fonde à partir d’un couple primordial constitué de "satellites" gravitant autour, ou encore de trio ou de quatuor revendiqué, le polyamour se joue des normes sociétales. Le seul mot d’ordre étant la qualité relationnelle et la confiance propice à l’épanouissement de chacun.

Un parcourt semé d’embûches

Il existe cependant bien des obstacles à l’expérience du polyamour. Le premier obstacle est soi-même, c’est-à-dire la part en soi de son éducation et des conditionnements reçus qui font "barrage", notamment lorsqu’ils proviennent d’une forte culture judéo-chrétienne qui place l’exclusivité sexuelle en tant que valeur suprême à ne pas enfreindre (d’où la honte, la culpabilité, l’autodépréciation qui s’ensuivent généralement et que je constate souvent lors des consultations…).

Il est important de rappeler également que tout le monde n’est pas fait pour le polyamour. Cette approche du couple peut devenir très vite anxiogène pour les personnes fusionnelles ou insécures.

La pratique du polyamour exige de savoir gérer la jalousie, ce qui n’est pas toujours facile et nécessite souvent de longs mois, voire de longues années d’apprentissage. La tolérance, la bienveillance et le respect des désirs d’autrui font partie des apprentissages également. C’est une philosophie de vie éclairée qui renforce l’estime de soi et la confiance en les autres.

Contrairement à la monogamie, le mensonge et l’adultère deviennent obsolètes, la réciprocité des échanges participe de la construction d’une complicité joyeuse et engagée des partenaires. Le polyamour requiert des partenaires d’être actifs et responsables de leurs choix de vie car aucun pacte officiel ne vient valider ce mode de vie dans notre société. Il nécessite donc une certaine vigilance ainsi qu’une prise de distance face aux regards parfois incrédules voire malveillants alentours.

Une pression sociétale forte

Au quotidien, le polyamour se traduit par l’assurance de discussions riches et animées, par un partage des tâches, parfois des dépenses et une logistique facilitée par la possibilité accrue de présences (pour la garde ou l’éducation des enfants par exemple). La joie de pouvoir vivre pleinement une liberté personnelle tout en sachant qu’elle est comprise, soutenue et partagée est un facteur clé aussi de cette philosophie de vie.

La pression sociétale et les injonctions sociales demeurent très fortes. Ce style de vie – qui existe pourtant depuis toujours dans la littérature et les rapports humains – n’est pas un choix facile à mener au quotidien. Il génère souvent de la suspicion et de l’incompréhension de la part de l’entourage. Cela s’explique par l’histoire du couple au fil des siècles et par la prégnance de la culture judéo-chrétienne dans notre société. Cette dernière a érigé son système de valeurs sur l’exclusivité et la transgression.

Le polyamour se décale donc de ces prérogatives pour une esthétique philosophique humaniste et responsable. Elsa Cayat, la psychanalyste de "Charlie Hebdo" (laquelle a succombé dans les attentats de janvier 2015), avait énoncé une pensée très intéressante à ce propos :

"Il faut accepter le plaisir sans se cacher. La plupart des gens s'interdisent le plaisir dès qu'il est permis. Il est plus facile de prendre du plaisir dans la transgression, c'est-à-dire de voler son plaisir en se cachant derrière quelqu'un représentant l'interdit, que de s'autoriser cette ouverture, cette suspension pour profiter des moments où l'on est ensemble sans se réfugier contre quelqu'un supposé l'interdire."

Un exemple d'ouverture d'esprit

Pour ceux qui peuvent s’inscrire dans l’approche théorique et pratique des amours plurielles, le polyamour représente une philosophie de vie audacieuse qui renforce l’estime de soi et la confiance en les autres. Tout simplement parce que contrairement à ce qui se vit dans la monogamie, le mensonge et l’adultère (avec l’inconfort qui s’ensuit un jour ou l’autre) deviennent obsolètes. À ce propos, rappelons qu’actuellement, 55% des couples "traditionnels" vivent dans l’adultère et qu’un mariage sur deux aboutit au divorce bien souvent à la suite d’une infidélité.

Mais la route est longue pour qui souhaite construire une éthique personnelle menant à une vie non ordinaire de polyamoureux. Aussi, les polyamoureux sont indéniablement des personnes qui ont beaucoup réfléchi sur elles-mêmes, sur leurs désirs et l’articulation de ces derniers à travers la création de relations non consensuelles et ce, dans un cadre sociétal parfois hostile.

Une grande maturité définit les individus qui ont choisi le polyamour comme mode de vie.

En cela, ils peuvent constituer un exemple concret d’ouverture d’esprit et d’espoir tangible pour toutes les personnes qui ne se retrouvent pas dans le cadre d’une conjugalité monogame. Depuis quelques années, je m’intéresse de près à cette problématique qui concerne autant les très jeunes gens (en quête de nouveautés, désirant aussi éviter les pièges du divorce connu par leurs parents) que leurs aînés qui cherchent parfois à redonner un second souffle à leur vie conjugale après trente ans de mariage.

Contrairement aux idées reçues, il faut se souvenir que le polyamour n’est pas une chose facile à mettre en pratique et que ce choix de vie repose avant tout sur des valeurs de respect, d’humanisme et de liberté. En cela il représente une ouverture intellectuelle et/ou comportementale actuelle intéressante dans une société parfois régressive envers les libertés individuelles. Indéniablement, les polyamoureux représentent un nouveau paradigme de penser le couple et les relations humaines dans notre contemporanéité.

Article paru sur http://leplus.nouvelobs.com/

Published by lutinages
commenter cet article
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 09:00
Published by lutinages
commenter cet article
27 février 2016 6 27 /02 /février /2016 11:59
Published by lutinages
commenter cet article
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 18:26

 

Jacques Attali a dit : "Le XXIe siècle sera celui de l'amour multiple, de la polyunion, de la polyfidélité, du polyamour."

 

Océane Rose Marie; "Il faut être suffisamment humble pour accepter qu’on ne peut pas tout apporter à l’autre et suffisamment mégalo pour être sûre que ce qu’on lui apporte est unique"


et Albert Camus; "Pourquoi faudrait-il aimer rarement pour aimer beaucoup ?"

 


AmourS.Eu (1er site francophone de rencontres d'Amours non-exclusifs) a besoin de nous tous pour améliorer son ergonomie, développer des fonctionnalités attendues et partager à un plus grand nombre le concept du polyamour.

 

Pour cela, rien de plus simple:

- soutiens ce projet en faisant connaître :

- et/ou participe à hauteur de tes moyens et de tes envies en cliquant sur le site de kisskissbankbank.

 

Merci à vous tous.

Published by lutinages
commenter cet article
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 18:06
COUPLE LIBRE – LE TEST DE RÉCIPROCITÉ

Ton homme infidèle vient de sortir du placard. Comment vérifier si ton couple nouvellement libre est vraiment libre ou seulement libre pour lui ?

Ton homme t’a avoué l’aventure torride qu’il vit avec son amante. Après quelques semaines tumultueuses de remise en question plus ou moins profonde, on dirait que ça se calme un peu. En fait, tu te rends compte qu’il n’a pas tellement changé, qu’il est presque plus présent, aimant et attentionné depuis qu’il a pu faire son coming-out – il faut croire que le mensonge et la dissimulation lui pesaient vraiment beaucoup.

Il t’a dit que bien entendu, toi aussi tu étais libre d’aller voir ailleurs, qu’il serait bien mal placé pour te faire une crise de jalousie après toutes les discussions que vous avez eues concernant la tienne, de jalousie, et le courage avec lequel tu as su appréhender toute la situation.
Mais voilà, c’est quand même au pied du mur qu’on voit mieux le mur. Comment être certaine que ce n’est pas que de la rhétorique, qu’il a effectivement fait le même chemin dans sa tête et qu’inconsciemment il ne considère pas encore un peu que tu lui appartiens ?

Alors tu commences à tirer la corde, pour voir s’il y a assez de mou. Tu t’inscris sur unsite de rencontres et tu ne te caches pas vraiment quand tu tchattes. Pas de réaction particulière. Tu t’organises des soirées sans lui (seule ou avec des ami(e)s), sans tellement lui dire ni où ni qui ni vraiment à quelle heure tu rentreras. Apparemment, ça ça passe aussi – il ronfle comme un bienheureux à ton retour. De toute façon tu t’en doutais, il n’a jamais été du genre à tellement s’inquiéter quand tu sortais seule (oui mais bon là, il pourrait s’imaginer des trucs qui l’empêchent de dormir).

Dernière étape : tu te choisis un gentil garçon parmi tous les prétendants du site de rencontre. Un avec qui tu te sens bien dans les échanges clavardés, malgré quelques faiblesses orthographiques (mais bon, pour ce que tu veux faire avec lui, c’est surtout ses performances à l’oral qui comptent). Et un soir tu franchis le pas. Il est pas mal foutu malgré la brioche – et même s’il ne te fait pas chavirer d’un regard, il sait deux trois trucs sympa qui te font prendre ton pied bien comme il faut. Et même un peu plus que comme il faut. Comme un sacré goût de reviens-y, d’ailleurs. Rien que parce que ça n’a rien à voir avec ton homme. Ça paraît presque trop simple. Et puis là tu comprends encore un peu mieux que ton homme puisse trouver de l’épanouissement avec sa blonde, rien qu’à voir la pêche que ça t’a donné juste cette soirée avec le gentil garçon. Peut-être même que tu le retrouveras de temps en temps – au moins jusqu’à ce que tu te trouves un amant qui te fasse dégouliner avec un simple sms.

Et donc voici venu le moment du test ultime :
– Chéri, tu te souviens que je t’avais dit que je m’étais inscrite sur ce site de rencontres, genre juste pour voir ?
– Mouais ?
– Et bien j’y ai rencontré un gentil monsieur avec lequel on a échangé quelques amabilités intimes hier soir…
– Vous vous êtes protégés ?
– Tu me prends pour une débile ?
– Non mais ce genre de choses ne doit pas rester dans les limbes de l’implicite. Et donc ?
– Ben oui – d’ailleurs j’ai un peu puisé dans le tiroir de la salle de bains.
– C’est fait pour ça. Et sinon c’était bien ?
– C’était vraiment pas mal. Si tu veux vraiment en savoir plus, je t’en parlerai peut-être un jour.
– Pas sûr que j’aie envie que tu me racontes.
– Et donc tu n’es pas jaloux, pas en colère, pas déboussolé ?
– Je ne sais pas trop. Je suis surtout fatigué. Je te dirai ça demain.
– Ah, OK. Bonne nuit mon amour
– Bonne nuit toi aussi

Noir. Bruits de baisers. Mouvements de couettes, silence.

Top chrono : 1 … 2 … 3 …. 30 secondes. Ça y est, il ronfle. C’est pas croyable ! Tu n’osais pas imaginer que ça serait si simple. Enfin comme ça, tu es sûre que ta liberté n’était pas que théorique. Ça mériterait presque de remercier l’autre blonde, tiens.

Confession

A quelques détails près, et mise à part l’inversion du genre, c’est assez précisément ce qui m’est arrivé. J’ai écouté ma reine ronfler pendant longtemps, en sentant mon amour pour elle m’envelopper d’un nuage de bienveillante félicité. Merci ma toute belle. Fais de beaux rêves.

article d'Audren pour "les fesses de la crémière"

Published by lutinages
commenter cet article
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 16:30

PAROLES PROPOSEES PAR UN FAN

LE TEXTE OFFICIEL DE LA CHANSON N'EST PAS ENCORE CONNU

Late at night in summer heat
Expensive car and empty street
There's a wire in my jacket
For this is my trade
It only takes a moment
Don't be afraid
I can hotwire an ignition
Like some kind of star
I'm just a poor boy
In a rich man's car
Et le moteur s'allume enfin
Nos vies s'enlacent
And we drive into the night
Oh le cuir doux s'emmêle
Affole ton imagination
Je te vois déjà
Dans une autre situation
Tu es company director
Une vie de famille
J'ai ce feeling qu il y a
Bien plus des choses à dire
There's some kind of complication
Il lui dit he's alone
Spends the night with his lover,
Il y a des traces of her cologne
Tous les mots de sa maitresse
À l'oreille et sans détour
Comme une chanson d'amour

Please take me dancing tonight
I've been all on my own
Les promesses d'un jour, d'un soir
Je les entends comme un psaume
I'm just a prisoner of love
Prisonnière de mes failles
Take me dancing
Please take me dancing tonight

Imagine ta femme
Sa vie glisse entre ses doigts
Il y a une règle
Être chasseur ou bien la proie
Il lui dira je rentre tard
Ses affaires, partira
But there's more than a suspicion
In this lingering cologne
Et les enfants feront la tête
As she runs a traffic light
And she drives into the night

Please take me dancing tonight
I've been all on my own
Les promesses d'un jour, d'un soir
Je les entends comme un psaume
I'm just a prisoner of love
Prisonnière de mes failles
Take me dancing
Please take me dancing tonight


Stolen Car (en duo avec Sting) (2015)
Produit par The Avener

Published by lutinages
commenter cet article
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 15:57

Comme l’explique admirablement la sociologue Eva Illouz dans son ouvrage Pourquoi l’amour fait mal… Nous autres modernes sommes devenus incapables de choisir, et de conserver durablement un partenaire…

Plus que jamais effrayés par l’engagement…Nous évaluons en permanence nos potentiels partenaires amoureux.

Et acceptons sans broncher la marchandisation et la rationalisation de la rencontre notamnent sur Internet…

Bref, nos relations érotico-sentimentales se placent désormais sous le signe de l’incertitude et d’une liberté, parfois effrayantt. Il devient plus que jamais difficile de faire les bons choix amoureux.


Nos deux invités Bruno Humbeeck et Saverio Tomasella nous délivrerons leurs clés, très subjectives, pour éviter de répéter des scénarios amoureux, plus ou moins désastreux… Et puis comme nous le ferons régulièrement cet été, nous nous pencherons sur quelques personnages en quête d’amour…

Ce matin: Bridget Jones, le couple mythique des Parapluies de Cherbourg , les jeunes américaines libérées de la série Girls, les 4 amis d'Un Eléphant ça trompe énormément, ou encore les personnages désabusés de La réunification des deux Corées du dramaturge Joël Pommerat…

Published by lutinages
commenter cet article
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 12:30
Published by lutinages
commenter cet article
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 20:23
For a flying gentleman
Published by lutinages
commenter cet article

Présentation

  • : lutinages et sensualités
  •  lutinages et sensualités
  • : le lutinage ou polyamour est un choix de vie qui légitime une relation sentimentale honnête, franche et assumée avec plusieurs partenaires. Chaque amour est unique, sans hiérarchie ni rivalité entre eux. Envie d'en discuter? n'hésitez pas à laisser vos commentaires ou à m'écrire.
  • Contact

Translate my blog

Recherche

About_Love_by_Emmasj.gif

Catégories